Archives

Ecrit par Salvador, le 25 juin, 2012

Bienvenue !

Bienvenue

Ecrit par Salvador, le 24 août, 2016

A Vauvert, le 1er octobre 2016
Corrida
Camille Juan seul contre 6

DSC_0131

Mercredi 24 août 2016 à 11 heures dans le salon de l’Hôtel Atria de Nîmes c’est le lieu et l’heure qu’a choisis le maestro Camille Juan pour annoncer aux représentants de la presse, sa rencontre seul contre 6 dans les arènes de Vauvert.

En effet,  le 1er octobre prochain, ce jour là Camille Juan affrontera en solitaire six exemplaires de l’élevage arlésien d’Olivier Fernay.

Cette corrida, dont le prix d’entrée est fixé à 1 € symbolique, sera caritative puisque tous les fonds récoltés seront reversés à l’association « Courir avec Sarah » dans laquelle Camille s’implique.
Camille s’est engagé: la totalité des fonds récoltés seront reversés à l’association « Courir avec Sarah » et non courir « pour » Sarah.
Sa maman, présente sur l’estrade,  tient à la nuance.

Mais qui est Sarah ?

Voici comme elle se présente sur son site:
« Courir avec Sarah« 

« Je m’appelle Sarah Carreau, Je vais avoir 16 ans cette année, et je suis fan de courses à pieds en fauteuil roulant !!!
Cela va faire 7 ans qu’une bande de joyeux coureurs me poussent à travers les rues, routes et chemins du Sud de la France à l’occasion de courses à pieds entre 10 et 20 km.
Cette aventure qui a débutée en 2009 sur un pari un peu fou, entre mes parents et un des pousseurs, ne cesse de s’étoffer. »

Le reste sur son site…

Courir Sarah

José Manrubia, préparateur de Camille, tient à préciser que ce n’est pas parce que l’entrée est fixée à 1€ que ce sera une corrida au rabais. D’ailleurs Camille, avec l’esprit vif qu’on lui connait, le reprend rapidement avec un « si certains pensent que ce n’et pas assez et qu’ils peuvent se délester de 100€, surtout qu’ils ne se gênent pas !
Mais je tiens à remonter aux sources, celles de la popularité de la corrida. »

Lui qui ne prend rien sur cette corrida s’est débrouillé grâce à de solides sponsors, pour monter cette corrida. Les sobresalientes (2 à 1.500€ chacun) et les peones et picadors (750€ environ chacun) seront indemnisés en respectant le tarif syndical.

Pour lui cette course doit rester un symbole de popularité, de solidarité et de partage.
Quand on l’a vu à Milhau lors de la journée pédagogique avec les jeunes, je pense à ce gamin qui n’avait jamais vu un toro de près mais qui a torée la vache dans le berceau des bras du maestro, (Milhaud 28 juillet 2016*) on sait que « popularité », « solidarité », « partage » dans sa bouche  ne sont pas de vains concepts.

Soutenir cette corrida c’est plus que soutenir la tauromachie et c’est une des raisons pour lesquelles le Club Taurin El Campo de Vauvert la soutient et participera avec ses moyens, à la réussite de la fiesta brava.

Quelques images de la conférence:

A la tribune, la maman de Sarah, présidente de l’association, Mr Jean Denat maire de Vauvert, Camille Juan, José Manrubia.

Les principaux sponsors:

Ne les oublions pas: ils nous soutiennent !

x  x

x  x

x  x

 x

Ecrit par Salvador, le 23 août, 2016

Bodega 2016
Samedi 20 août 2016

Dernier soir animé par el « Sol de España » et les « Gipsy Estrellas » et ce fut un « No hay billetes » !
Pour les amis de la Bouvine on pouvait reconnaître, sur scène (maillot bleu), l’ancien raseteur Canalés.

Pourtant à 19h 30, après l’averse nous pensions rentrer plus tôt à la maison mais cette fois-ci le ciel était avec nous et après un séchage rapide des sièges et des tables nous voilà repartis pour une soirée qui nous marquera elle aussi.

Après la « rince »:

« Sol de España » et les « Gipsy Estrellas »:

Dans la salle:

Aperçu dans la salle:

Ecrit par Salvador, le 20 août, 2016

Bodega 2016
Vendredi 19 août 2016

Une soirée mémorable avec un groupe qui a su mettre sa jeunesse, sa fraîcheur et l’éclectisme de son répertoire au service du public qu’il a su conquérir avec sa pratique collaborative.x

Tout (ou presque) y est passé !
Qué jaleo !

De Moustaki, sauce rumba, à Peret (vous savez ce gitan de la Barceloneta qui créa la rumba catalana dans les années 70) en passant par le classicisme des sevillanes et les rythmes latino, ont pu danser tous ceux qui ont voulu !

Enfin… ceux qui ont pu.
Il faut dire qu’après avoir dégusté le thon – tomate accompagné de son riz que nous avait préparé Jean il était, pour certains, difficile de lever les pieds.
Surtout si en entrée ils avaient pris les tapas (frites, calamars, manchego, chiffonade de serrano, cœurs de canard, etc…) en arrosant tout cela du renommé rebujito de la bodega El campo ou les vins locaux. Tout cela, comme d’habitude, consommé avec modération.

Un grand moment collaboratif quand ils ont fait monter sur scène tous ceux qui voulaient s’initier à la rumba.
Bon d’accord, tous n’étaient pas au niveau de Jennifer Grey et de Patrick Swayze dans Durty Dancing mais qu’est-ce qu’ils se sont amusés !
Les absents, résolument, ont eu tort !

Une belle soirée bien dans la lignée de celles du Club Taurin « El Campo »  de Vauvert !

Los chiquiboum:

Dans la salle:

Aperçu dans la salle:

Ceux que l’on voit peu mais qui assurent le succès:

Il faut absolument avoir une pensée pour Claude (sans oublier les autres !) qui passe la soirée à cuire les magrets de canard et les cœurs…
Pas facile d’y voir clair avec le dépôt des fumées graisseuses sur les lunettes !

Ne manquez pas Pierre, le photographe, qui s’y colle aux omelettes avec une fourchette en plastique… on voit tout de suite qu’à la maison c’est lui qui cuisine (LoL).
Toute plaisanterie mise à part, ses omelettes étaient délicieuses ni baveuses ni rabinées.

 

 

Ecrit par Salvador, le 19 août, 2016

Bodega 2016
Jeudi 18 août 2016

Dès la fin de la bandido la Bodega « El Campo » ouvrit ses portes.

Comme souvent, bien des habitués attendaient avec impatience que le président ouvre…

Jean avait réussi sa paella, les tapas et les boissons se dégustaient à la chaîne. La soirée était animée par le groupe de Julie Serrano de la Placette de Nîmes mais parfois ces groupes c’est comme les sportifs, il y a des jours où la performance n’est pas là… « Otro día será » dit-on Tràs los Montes.
En aparté les danseurs de sevillanas se lâchèrent. Les connaisseurs apprécièrent.

Ecrit par Salvador, le 19 août, 2016

Bopdega 2016
« El Campo » al campo…

La pression sur les membres qui préparent la bodega est énorme, la pression itou…

Histoire de décompresser, le club grâce au véhicule flambant neuf de Henri Fabre, organise sa sortie aux prés des Demoiselles ce jeudi de la Voto.

Un moment de détente et de convivialité pour déguster ensemble la saucisse grillée et quelques mignardises bien choisies par Albine et Gérard.

En remorque:

Dans les prés:

Des nouvelles têtes…

Le tri a campo abierto:

Certains en découvraient la possibilité, tout doucement ils se sont enhardis et ont pu voir de près, Régine (notez l’assiette, la position des talons…), l’ombrageux ami « L’Incroyable » des Salins du Midi qu’il défend ardemment, Pierre Aubanel manadier, Florent Giboulet et son fils et…. d’autres, sortir de la manade les taureaux emboulés de l’abrivado.

L’abrivado:

Henri eut la bonne idée de s’arrêter sur le bord du chemin et du haut de la remorque nous avons pu admirer le défile de voitures, de calèches, de coureurs à pied que Claude eut la compassion d’arroser. Maladroitement car nous en profitâmes tous !