Archives

Ecrit par Salvador, le 22 juin, 2018

CR-Voyage à Aire s/ Adour
Troisième jour (1/2)

Comme je le précisais au « Premier jour » les qualités d’improvisation, calculée, de la nouvelle équipe se confirment.
La course landaise ayant été annulée et les places comprises dans le prix du voyage, la nouvelle tête, après concertation, décide que la trésorière ne fera pas 47 chèques pour rembourser le prix des places mais que, avec cette somme, nous prendrions l’apéritif du soir (celui de la journée précédente) et aujourd’hui un déjeuner landais. Quite pour le Club d’y laisser des… plumes.

DSC_0381-2

 

Donc de bon matin, 10 heures, nous nous rendons vers le chapiteau des arènes où « La Junta » (ensemble local des Clubs taurins) proposait son petit déjeuner consistant.
On est parti en se disant: « Comment va être préparé le canard ? »

L’inénarrable Jeannot (quel boute-en-train !) en chemin,  nous a expliqué que ce matin en se levant il a vérifié partout si il ne lui poussait pas des plumes de… canard à force d’en consommer !
Il était prêt à « échanger son royaume » pour un cochon.

La tête de soulagement quand il a vu que le déjeuner était composé de deux œufs frits avec deux tranches de ventrèche.

Mais là où on constate le sérieux c’est quand on s’est rendu compte qu’il n’en avait pas repris.

La tienta:

La journée est placée sous le signe d’hommage à Iván Fandiño.
Voir sur ce site: A propos de Yván FANDIÑO… *

Richard MilianVictor MendesStéphane Fernandez Meca, avec l’Ecole de l’Adour ont pour mission de tentar quatre vaches de l’Astarac et de Camino de Santiago, de Jean-Louis Darré.
Un constat: les trois maestros n’ont guère perdu de leur maestría.
Victor Mendes nous a même distillé les seules passes templées de la journée.
Si on en revient aux fondements du toreo, « citar, mandar, templar« , ce fut un réel enchantement de le voir ralentir la charge du cornupète….
Mais le vrai régal fut de voir ces deux jeunes de l’école de Richard Millan. Sitio, planta torera, des gestes techniques que d’autres mettent des années à apprendre, leur viennent naturellement.
Pour moi ce furent les moments les plus intéressants – tauromachiquement parlant – de la journée.
Des pépites à suivre !

A noter que Alain Bonijol et Richard Millan sont venus saluer chaleureusement la banderole de « El Campo ». C’est ça la classe !

Hommage à Fandiño:

C’était midi bien passé, il était temps d’aller manger:

x  Pour le Club, outre le jamón ibérico et autres tapas calientes con pinchos, ce fut très raisonnablement, des tripes au chorizo et l’axoa de veau.
Cette dernière, bien relevée, méritait le détour !
Sur les deux dernières photos deux membres du club taurin landais qui faisaient le service tout en portant un béret qui, si il était landais, n’avait rien d’un béret de feria.

Le brindis de François est pour son épouse Nadine qui, empêchée, n’avait pu faire le déplacement. (un peu tristounet le pôvre…)

Commentaire(s) sur cet article: "CR-Voyage à Aire s/ Adour
Troisième jour (1/2)