Archives

Feria d’Eauze (Gers) 2019
du 5 au 7 juillet 2019
(3/5)

Je me permets de donner mon avis mais pensez qu’il n’engage que moi.

La novillada non piquée.

Cet engin bizarre n’est autre qu’un outil pour égaliser le sol des arènes. Des balais en bruyère montés en batterie.
A noter que la piste était souple et que conformément à l’adage valable pour toutes les tauromachies « Sol souple avantage les toros, sol dur avantage les hommes » ce n’était pas fait pour nous déplaire.

=================================================

Quatre erales du Lartet (Paul et Jérôme Bonnet) pour Miguel Polope (bordeaux et or) et Sola  Calmet  « Solalito ».

Le premier eral était un invalide, il est sorti et déjà il était sous lui: le train arrière avait un problème. Dans ces cas-là, la fin de lidia est toujours difficile et dangereuse malgré la caste dont il fit preuve.
Polope, avec sincerité, eut de jolis gestes à montrer dans les écoles.

Le second, bien présenté, a fait preuve d’une grande noblesse, humiliant et sans coups de tête.
Ce n’était plus le Solalito qui était à notre fiesta campera, le garçon avait pris de l’assurance et du sérieux.
Dans sa cuadrilla on peut remarquer en aubergine et noir, Thomas Ubeda « roi de Gallician ».
Solalito coupe une oreille…

Le troisième était particulier. Belles dimensions, un buen tranco mais corne gauche gacha (dirigée vers le bas).
Mais quelle caste ! Quelle noblesse ! Quelle endurance !
Polope, que nous découvrions, s’est montré à la hauteur distillant des passes sculpturales avec à propos et donnant une leçon de sitio à tout celui qui voulait voir. Des difficultés avec l’acier mais l’expérience viendra. A revoir ailleurs, avec intérêt.
Il coupe une oreille bien méritée.
Dans sa cuadrilla un certain Raúl Blazquez (violine et noir).
Il y avait longtemps que je n’avais eu l’occasion d’admirer une telle maîtrise du toreo de brega: sobriété, capotazos mésurés, sens des terrains, du placement, discrétion, etc…
Il était au service du novillero et l’a beaucoup aidé dans la réussite de sa faena.
Merci Raúl !

Le qutrième, bien présenté, avait tout pour plaire. Polope et Solaito se sont tiré la bourre dans les quites mais la faena ne fut pas au niveau des précédentes.

S’il fallait tirer une conclusion je dirais que ce fut une novillada agréable avec beaucoup de détails et du cœur mis  dans les faenas par ces futurs maestros (je n’en doute pas !).
Nous ne nous doutions pas que nous avions vu le meilleur de la journée…

 

 

 

Pas de commentaires sur cette page