Archives

Feria d’Eauze (Gers) 2019
du 5 au 7 juillet 2019
(5/5)

Après une nuit réparatrice nous voici partis visiter le Château de Millet – 3356 route de Parleboscq – 32800 Eauze.

Spécialités ? L’Armagnac.
Celui-ci est tellement présent que même le buis du parc est taillé en forme de bouteille d’armagnac !
Nous visitâmes les chais, écoutant avec attention, les différents crus, les étapes de vinification, la différence entre un armagnac blanc et un hors d’âge.
Les propriétaires des lieux, père et fille, nous proposèrent ensuite de procéder à une dégustation – avec modération – de leurs produits.
Nous, polis et courtois, n’avons pu refuser…
Blancs (Oppidum ,Colombard, Chardonnay, gros manseng…), rosé, rouge, Flocs, appellation née en 1990 (Floc = bouquet de fleurs en Gascon) et différents armagnacs (cépage baco) d’âges différents.
Il nous a fait déguster un armagnac de 1974 qui, qu’on soit amateur ou pas, méritait le respect.
Il se buvait autant par le nez que par la bouche.
Il méritait le respect tant par la qualité du produit que par son prix car il fallait compter – tout de même – 120€ les 50cl…

Dans un recoin du parc, un artefact inattendu: un travail à ferrer. (au pluriel: travails à ferrer)

D’après les châtelains, jusque dans les années 60, les agriculteurs des petites propriétés, travaillaient les champs en attelant les vaches (même en cours de gestation).
En général c’étaient des vaches de race Gasconne, de couleur grise, rustiques et habituées au plein air. Elles pouvaient peser 700 kgs et plus. Lors des labours on comprend facilement que les onglons s’usaient et qu’il fallait les ferrer. Sachant qu’un bovidé ne peut se tenir sur trois pattes on utilisa les travails. Il y avait quatre reposoirs à pattes. Une fois attachée le maréchal-ferrant officiait.

    

Décidément, les voyages forment la jeunesse.

Un petit repas, un café et l’heure du départ sonne.
« Sonne » c’est le mot car autour du QG nos sociétaires sont dispersées.
Heureusement, le trompettiste des « Armagnacs » était là tout près et nous lui avons demandé s’il pouvait jouer le « Rassemblement » (air de cavalerie). Ce qui fut dit fut fait.
Vous pouvez l’écouter en cliquant sur le petit triangle blanc ci-dessous:

Je l’ai extrait de ce site dont voici le lien: Èr di biòu *
Tonitruant et efficace – certains semblent même au garde à vous… – tout le monde a compris et prend le chemin du bus.

Nous aussi on va se quitter mais pas avant d’avoir regardé la traditionnelle galerie de portraits… de ceux qui acceptent de figurer sur les photos.

A bientôt pour d’autres aventures !

 

 

Pas de commentaires sur cette page